Le programme a quelque peu changé mais tout aussi alléchant et éclectique. 3 jours du 1er au 3 avril pour un parcours artistique et de découvertes dans Paris.

Levée tôt pour le premier train et dès 10h en route pour une visite du marché des Enfants rouges dans le 3ème.

Etonnant ce marché très animé et haut en couleurs où les étals offrent non seulement leurs produits, viandes, poissons, fromages, fruits, légumes et épices mais ont aussi quelques tables plus ou moins bien arrangées et décorées dans des coins plus ou moins venteux mais où règne la bonne humeur et où les odeurs vous ouvrent l'appétit.

Un sympathique déjeuner antillais et un tit punch pour se mettre dans l'ambiance et nous voilà requinquées pour aller au Carreau du Temple visiter "Drawing Now Paris". Ce Salon de l'art contemporain propose tout ce qui se fait en dessin depuis ces 50 dernières années, avec 400 galeries présentant plus de 2000 artistes de tous les coins d'Europe.

J'ai particulièrement apprécié l'œuvre de Tim Plamper de la Galerie Suzanne Tarasieve Paris, les oeuvres de Davor Vrankic (Croate) et ses dessins évoquant des gravures anciennes et des monstres sympathiques, de Maike  Freess (Allemande) et ses portraits étonnants, et de Valentin Van der Meulen de la Galerie Mazel ainsi que les surprenants tableaux de Katharina Ziemke (Allemande) recouverts de cire noire et creusés de fins sillons faisant apparaître des scènes réalistes et figuratives.

Le soleil nous accueille à la sortie du Carreau du Temple et direction le Musée des Arts Décoratifs où la caricature et les affiches, autant d'arguments publicitaires en ce début de 20 ème siècle, nous attendent.

La force et le succès des dessins de presse exposés ont sucité l'adhésion, le rejet ou même la polémique, car ils touchent tous les sujets de société, social, politique ou religieux.

Les caricaturistes savent toucher les sujets sensibles et l'affichage urbain devient un enjeu stratégique.

Les affiches de la guerre 14-18 veritables instruments de propagande, concourent à la mobilisation des ressources humaines et financières.

Cette exposition clôture notre première journée.

Le samedi 2 avril nous voit toutes excitées par l'exposition exceptionnelle du Douanier Rousseau au Musée d'Orsay.

Ce peintre particulier, naïf, est unique dans l'histoire de l'art car il s'est confronté à plusieurs artistes majeurs du 20ème siècle.

Les liens avec cet artiste singulier se verront au travers d'oeuvres de maîtres comme Picasso, Seurat ou kandinsky.

Le foisonnement de ses forêts et de ses végétations, les yeux de ses félins,  ses immenses portraits sont le reflet de ses recherches sur le primitivisme moderne.

Jusqu'aux surréalistes qui lui ont rendu hommage.

Un brunch bio et succulent plus tard au Musée de la "Maison Rouge" fondation d'art contemporain qui abrite l'exposition Ceramix et nous voilà transportés dans un monde minéral, avec des sculptures en céramique.

Le premier a avoir produit une véritable sculpture en céramique est Paul Gauguin. Et depuis ce matériau est en vogue dans touts les biennales d'art contemporain.

L'exposition montre de nombreuses démarches d'artistes du modelage à la performance, de petites pièces aux grandes installations, de l'expressionnisme au conceptualisme.

 

Ci-après Basler Mask de T.Schütte

Et ci-dessous un sac de Marilyn Levine spécialisée dans des pièces hyperréalistes en céramique , essentiellement du grès auquel elle ajoute des fibres de nylon pour lui donner plus d'élasticité, un véritable trompe l'oeil!

Voilà pour nos 2 premiers jours, à suivre la belle journée dominicale.